La question existentielle d’Ingrid : « To be or not to be »

« To be or not to be » Ou : mais, bon sang, quand le skull va t’il enfin se démoder ?

Déjà en achetant une montre à tête de mort chez Zadig et Voltaire en 2007, je m’estimais presque has-been. La tête de mort a fait son temps, me disait-je, « trop de skull tue le skull », on l’a assez vu, dans deux saisons, je la jette aux orties. Mais voilà, j’aimais bien son air souriant et dangereux à la fois, ce clin d’oeil un peu rebelle que j’affiche comme un pied de nez à mon éducation judéo-chrétienne à la sauce Brabant Wallon. Alors même pour un an ou deux, je vote tête de mort et j’assume, tant pis si elle se démode.

Mais au final, que nenni! Nous voilà une demi-décennie plus tard et elle est plus présente que jamais…

Et donc quoi ? La tête de mort, c’est toujours IN ?

Ben oui pardi, il suffit de regarder autour de soi : Zadig et Voltaire la colle encore partout, brodée, cloutée, pastel ou dorée, les casques Skullcandy sont la coqueluche des ados et puis le petit Frank Montialoux débarque chez Smets (on a fait plus démodé, comme fashion-supermarché, vous en conviendrez?!), avec ses petits crânes piqués de brillants, de chapeaux claque, d’oreilles de Mickey, … Chérot mais addictif, on en prendrait bien un de chaque si notre banquier était amnésique.

Visiblement inépuisable, le sujet prend néanmoins un tour moins rock and roll. Aujourd’hui, il ne fait plus peur à personne, faut dire. Plus besoin d’avoir sa carte de membre des Hell’s Angles pour sortir tout crâne dehors: même mon gamin (5ans), raffole de son tunisien « Jack Sparrow » griffé Zadig (et il vaut mieux, avec ce que maman l’a payé, tu vas me le rentabiliser, crois-moi!)…

Alors, aujourd’hui je prends un sacré pari sur l’avenir, je me paye encore une tête de mort. Mon côté kamikaze, sans doute.

Griffée Rita & Zia, elle claque à mort (c’est le cas de le dire).  Mais vous devez savoir qu’au moment de passer à la caisse, je me suis posé la question existentielle de circonstance:

– « Mais ai-je bien fait? »

– « Ah mais madame, c’est intemporel comme thématique, c’est une vanité, … Hamlet, tout ça, ‘souviens-toi que tu es mortel’, vous comprenez ? »

Je comprends fort bien, mon petit, mais si je fais une tête de carpe, c’est parce que je connais peu de vendeuses qui vous sortent du Shakespeare comme argument de vente.

Je me sens comme une majorette qui se serait perdue dans tournoi de sudoku, tiens.

Et puis tant mieux, « Souviens-toi que tu es mortelle », c’est finalement ce que je dis à ma nouvelle manchette chaque fois que je la glisse autour de mon poignet !

Mortelle, non ?

C’est le post de mon amie Ingrid Van Langhendonck çi-dessous sur la photo

http://www.lucduchene.com/

Publicités
Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :