Archives de Tag: Ingrid Van Langhendonck

La midlife crisis d’Ingrid : Depuis hier, j’ai quarante ans…Le renoncement d’une mère !

 

 

 

Depuis hier, j’ai quarante ans… et le premier qui ricane, je le tape.

Ouééé, je sais que je ne les fais PAS DU TOUT mais néanmoins, j’apprécierais que tout le monde se mette à me vouvoyer, là, tout de suite.

Parce que figurez-vous que, du haut de ce soudain privilège de l’âge, je m’en vais vous livrer mon avis sur la vieillesse… Si si !

Vous, je ne sais pas, mais moi, à vingt ans, je scandais que ‘plus tard’ j’aurais 4 enfants, quatre, au moins ! … Les grandes tablées, les familles nombreuses, ça m’éclate, le syndrome Petite Maison dans la Prairie, genre. Je me voyais bien, moi, épanouie et joviale en Supermaman entourée d’une brochette de premiers de classe, blonds et bien élevés, dans une ferme en carré du Brabant Wallon.

Et là, vingt ans plus tard,… J’ai un gamin, un seul… et J’suis débordée. Déjà que si j’ai pas mes quinze heures de sommeil, je suis une amibe, il faut savoir que neuf mois sans morijto furent une torture à peine surmontable. Sans compter que J’ai mis trois ans à évacuer la demi tonne que j’avais prise et qu’en prime, j’ai perdu au moins un mètre cube de seins. Bref, il est hors de question que je m’inflige ça une seconde fois !

Quand j’avais 20 ans, j’étais persuadée qu’à quarante ans, on avait fait la paix avec son corps, qu’on assumait rides, rondeurs et vergetures sans moufter ; qu’on était que plénitude, insouciance et bonheur béat…

Foutaise, je suis une quadra plus obsédée du pèse-personnes qu’une ado et je pratique depuis peu l’alcoolorexie (traduisez : j’ai rien mangé ce soir, ressers-moi un morijto, vite fait !). Pour ce qui est des rides : pas mieux ! Qu’on m’amène un container d’acide hyaluronique: tout ce qui peut être sauvé par la science le sera, pourvu que le serveur de l’italien au coin de la rue continue à me servir du ‘Mademoiselle’  avec mon Limoncello.

Enfin, pauvre de moi, il y a vingt ans, j’ai affirmé haut et fort que jamais je ne me teindrais les cheveux… Ja-mais !… J’avais lu qu’il suffisait de mécher progressivement son châtain de blond cendré pour passer au gris tout en douceur et élégance (Si, si, fastoche, c‘est Alain Denis qui l’a dit !). Franchement, vous avez déjà vu une femme plus classe que Meryl Streep, et son carré gris élégantissime dans ‘Devil wears Prada’ ? Elle est royale, non ?…

Ben si, justement, un brin trop royale pour moi. Comprenez : pas question que je ressemble à Fabiola. Donc finalement, l’élégance assumée, ce sera dans dix ou quinze ans parce que là, tout bien considéré, je vais me faire faire un Inoa caramel doré chez Alain Denis, pas plus tard que tout de suite…

PS : Quelqu’un aurait un chirurgien à me conseiller pour une petite blépharoplastie ?

 

 

C’est le post d’Ingrid Van Langhendonck : Dilettante autoproclamée, elle joue les mères indignes fans de shopping compulsif; ça nous décomplexe de n’être pas parfaites. Ingrid trempe sa plume dans le gaz hilarant pour affirmer sa girly attitude. RP de choc pour Mer du Nord et Luc.Duchene, elle Sans Chichitte aussi en télé et blogge quand ça lui prend. 

http://www.merdunord.com/ 

http://www.rtbf.be/sanschichis/on-web/equipe_ingrid-van-langhendonck?id=3644303

Publicités
Tagué , , ,

La notion de chic d’Ingrid….. Perfect on dit !!

« Le perfecto, c’est le nouveau smoking»

Moi, mon premier perfecto, je me le suis offert en 1992, genre juste après la déferlante Madonna dans sa période « Who’s that girl » … Si ce n’est qu’à l’époque on m’a plutôt demandé pourquoi j’avais piqué la veste de Renaud… Moins glam. Comme quoi : Être en avance sur la mode est un combat quotidien !

Depuis, l’histoire de la mode avec un grand H m’a rendu justice, et ça fait longtemps qu’il a perdu de son aura ultra sulfureuse, surtout depuis qu’on le décline en version vert pomme ou rose Barbie. Le perf’ c’est juste devenu une pièce de garde-robe, comme un jean ou un trench 3/4.  N’en déplaise aux Hell’s Angels, Gwen Stefani en perfecto rose sur son jean à pois, ca fait pas franchement rebelle…

Quand en plus, il s’invite sur le red carpet et, au fond, on se demanderait presque pourquoi il n’y a pas élu domicile bien plus tôt … La Casta en robe bustier toute en tulle sous un perfecto clouté, on adopte illico, chic mais pas trop, tout à fait moi, quoi !

Mais là, si je reviens dessus, c’est pour rendre hommage à Tony Delcampe, qui a osé braver tous les interdits et propose son wedding perfecto griffé Luc.Duchene, sur une robe Chanel, s’il vous plaît bien…  On se marierait bien, pour le coup… en Harley Davidson, why not ?

Tony Delcampe  http://www.youtube.com/watch?v=vQDDhpfbB-w

Luc.Duchêne  http://www.lucduchene.com/ 

 

Le post d’Ingrid Van Langhendonck : Dilettante autoproclamée, elle joue les mères indignes fans de shopping compulsif; ça nous décomplexe de n’être pas parfaites. Ingrid trempe sa plume dans le gaz hilarant pour affirmer sa girly attitude. RP de choc pour Mer du Nord et Luc.Duchene, elle Sans Chichitte aussi en télé et blogge quand ça lui prend.  

 http://www.merdunord.com/  

http://www.rtbf.be/sanschichis/on-web/equipe_ingrid-van-langhendonck?id=3644303

Tagué , , , , , ,

La déclaration politiquement incorrecte d’Ingrid…

 

 

« J’adore les shampooings au silicone ! » ou  « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme…» (Rabelais) 

Vous ai-je déjà parlé de mon addiction aux produits capillaires? Eh bien voilà chose faite, je suis snob du cheveu, c’est dit ! Depuis toujours, je les soigne comme une mamy pourrit son caniche. Même que je leur parle, je les arrose tous les jours de sérum hors de prix et je ne leur procure que du soin haut de gamme.  Soyons clairs, pour moi, l’Elsève n’est bon qu’à shampouiner un mohair… et encore …

Je le sais bien pourtant qu’écraser un blanc d’œuf, un filet d’huile d’olive et une cuiller d’argile douce est le meilleur des masques pour nourrir la fibre capillaire, que si on le rince à l’eau glacée c’est carrément magique, mais c’est plus fort que moi, un masque ca doit sentir le luxe, la volupté, les fleurs rares et les ambres précieuses… Bref, en dessous de 40€, je le recycle en compost vite fait, c’est devenu un principe.

Soyons clairs, pourquoi se la jouer fashionista et se payer des crèmes hors de prix, des fringues griffées, puis d’aller acheter son shampooing comme un vulgaire détergent ? Moi, parce que je le vaux bien, je ne jure que par Kérastase et par l’Essence Absolue Shu Uemura, qui est juste un hydromel enchanté pour cheveux raplapla, ou plutôt une huile sèche mais qui vous coûtera un bras et demi…

Les mauvaise langues vous diront que Kérastase, c’est rien que de la poudre aux yeux, que c’est des vilains pas bio, que leurs shampooings sont plein de parabènes et de silicones, mais moi je persiste et signe, aucune autre gamme ne me fait à ce point là le cheveux doux comme un poil de chaton, donc, désolée Greenpeace, mais moi je suis addict.

Et voilà que Kérastase sort une gamme dédiée aux cheveux longs, je dis : ça alors, quel merveilleux hasard, j’ai les cheveux longs, la vie est trop bien faite ! (Note, ils sont malins chez Kérastase : si tu regardes bien le présentoir, tu réalises avec effroi que tu as aussi le cheveu coloré, sensibilisé, déshydraté, fin, mou, fragilisé, en perte de brillance et, ben tiens, en manque de densité. Donc, si vous me suivez bien,  vous m’en mettrez un de chaque et démerdez-vous avec mon banquier !)

Alors je me laisse séduire, …  Je trouve tout formidable, du packaging rose au parfum de fleurs cotonneuses, j’aime mon cheveu qui fait pfffffffssshhhh quand je bouge la tête, J’adore le sérum ( et je me fiche total qu’il soit full silicone) qui lisse les pointes et me donne des airs de Jennifer Aniston (en mieux), je vénère l’après-shampoing doux comme une plume, je me le mettrais bien en perfusion, tiens !…

Puis, pas acquis de conscience, je parcours le packaging et je constate, au bord de l’évanouissement que cette nouvelle ligne est sans silicone et sans paraben … Partagée entre la déception de voir un produit perdre son petit goût piquant d’interdit et l’autosatisfaction de m’adonner à mon vice préféré sans aucune arrière pensée coupable, je suis bien obligée de me résigner : me voilà reléguée au rang de bobo nouvelle génération ; … Et ca, je ne sais pas quoi en penser, dites-donc …

 

Le post d’Ingrid Van Langhendonck : Dilettante autoproclamée, elle joue les mères indignes fans de shopping compulsif; ça nous décomplexe de n’être pas parfaites. Ingrid trempe sa plume dans le gaz hilarant pour affirmer sa girly attitude. RP de choc pour Mer du Nord et Luc.Duchene, elle Sans Chichitte aussi en télé et blogge quand ça lui prend.  

 http://www.merdunord.com/

http://www.rtbf.be/sanschichis/on-web/equipe_ingrid-van-langhendonck?id=3644303

 

Tagué , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :